Au coeur du royaume Inca

Publié le par Les Globe-Tortues

Il y a deja une semaine de cela, nos passeports se sont vus ornés d'un nouveau tampon, et nos vélos d'un nouveau drapeau. Nous voila au Pérou, à Cuzco, dans la vallée sacrée des Incas.

 

Notre dernière étape Bolivienne, Copacabana, a été un peu décevante. Cette ville n'est pas à la hauteur de sa réputation de centre de fêtes sans fin: très touristique, et donc très chère, elle est peuplée de  néo-soixante-huitards occidentaux et de Boliviens à la mine revèche avec lesquels il est difficile d'engager la conversation.

Nous avons assisté au très célèbre baptême des voitures, qui aujourd'hui constitue un véritable business: trois fois par jour des dizaines de pieux véhicules abondamment décorés de fleurs fraiches s'alignent aur le parvis de la cathédrale, et trois fois par jour un curé en soutane, baskets aux pieds et casquette vissée sur la tête, sort armé d'un sceau de plastique rouge baptiser ces machines, pendant que les heureux propriétaires, eux, se baptisent consciencieusement à la bière et au Pisco... Merveilleuse parodie de la religion catholique qui se répète encore et encore, au milieu d'une armée de photographes...

 

Quant à l'Ile du Soleil, berceau de la naissance de l'Univers, du Dieu-soleil et même des premiers Incas, selon la légende, elle est certes magnifique, mais elle nous a laissé la désagréable impression d'être pris en otage: sur le port de Capacabana, on ne peut acheter qu'un billet aller-simple, sans connaitre le prix que nous coutera le retour. A peine avons-nous posé le pied sur l'ile qu'il nous faut payer le droit d'y marcher, puis le droit de visiter les ruines (ce qui est, somme toute, normal). Mais cela ne s'arrête pas là, il faut ensuite payer le guide qui s'était imposé à nous dès la descente du bateau. L'île fait 10 km de long, et il nous faut la traverser pour prendre le bateau du retour. Le chemin passe sur le "territoire" de trois communautés différentes qui veulent chacune nous faire payer le droit de passage... Bref, nous quittons cette île dont on nous avait dit tant de bien décus et révoltés. Les paysages sont beaux, très beaux même, mais il est fort désagréable d'être pris pour des portes-monnaie ambulants...

 

Suivant les rives du Titicaca, nous avons donc franchi la frontière Péruvienne. Rien ne change, tout change: mêmes paysages, mêmes faciès Indiens, mêmes tenues traditionnelles, mais trois différences majeures:

- premièrement, les grands sourires, voire éclats de rire qui saluent notre passage;

-deuxièmement, le peuple péruvien est extrèmement travailleur: tous, hommes, femmes, enfants, vieillards oeuvres ensemble dans les champs, dans les maisons... Alors que les Boliviens semblaient passifs et fatalistes, les Péruviens sont rieurs et travailleurs.

-Troisième différence qui découle sans doute de la précédente, le pays présente un aspect beaucoup plus net, plus propre: les champs sont impeccables et verdoyants, les maisons sont entretenues, les rues moins jonchées de déchets (cela est moins vrai à l'abords des plus grosses villes telles que Cuzco ou Puno).

 

Après un "petit" col à 4338m, nous avons quitté l'Altiplano et entamé notre décente vers Cuzco à travers des paysages magnifiques, des montagnes à l'aspect velouté et des champs et villages pleins de vie. Nous sommes à notre point le plus bas depuis un mois: 3300 mètres d'altitude, dans le très belle ville de Cuzco, ancienne capitale Inca.

 

Le fameux Camino del Inca. le chemin sacré qui mène à la cité de Machu Picchu est chaque année fermé pendant un mois pour rénovations. Devinez quand ? Au mois de février ! Tant pis, nous avons dégotté un trek alternatif de 5 jours qui passera au pied du Sarcantay (6200 metres et des poussières...) et s'achèvera au Machu Picchu... Départ prévu mercredi à 4h30 du matin... Le récit ( et les photos si possible) à notre retour !

Publié dans De Uyuni a Lima

Commenter cet article

papi et mamie 18/02/2011 16:54


coucou les jeunes, nous avons bien reçu vos cartes, celle de noël est arrivée fin janvier. Merci de penser à nous.Aujourd'hui 18 février, nous avons la visite d'Antonin, il est en vacances.Gros
bisous de nous trois


cindy 17/02/2011 13:07


Salut les tortues ! juste un petit truc qui m'a fait rire, je pense vous avoir trouvé de la compagnie pour votre voyage, en espérant que vous puissiez jeter un œil à ça (avec le son si vous
pouvez...): http://www.youtube.com/watch?v=bwPcAdvVIMo&NR=1
Ayez une petite pensée pour ceux qui trépignent en attendant leur propre départ... Toujours autant de plaisir à lire vos aventures... Beaucoup de bisous et de pensées positives. Cindy


anne 16/02/2011 22:48


Hello nos globe-reporters à roulettes! Un peu de déception dans l'air d'un temps décidément trop tourné vers le business? Il y en a bien partout et vous en trouverez sans doute encore! Mais comme
chat échaudé craint l'eau froide, on ne vous y reprendra plus! ( en tous cas pas de cette manière-ci, mais peut-être d'une autre...) Je vois bien d'ici vos mines s'allonger au fur et à mesure de
votre avancée dans l'île! Allez, qu'importe, demain est autre . Il doit faire beau à l'heure où je vous écris, sous le ciel péruvien avec Aldébaran comme nouvelle étoile. Alors, inscrivez dans ce
nouveau ciel tous vos projets les plus beaux pour continuer une route étonnante et passionnante. A très bientôt à tous deux et bisous. Vous restez dans nos coeurs tous les jours.Anne


Cassou 16/02/2011 22:35


:O et :O et encore :O juste magnifique, c'est sûr cette fois c'est vraiment "les tortues à roulettes au pays des merveilles"... tout simplement grandiose!!!
et devinez quoi, non seulement vos épisodes nous font rêver depuis le début du mois d'octobre à travers ce blog et les boîtes aux lettres, mais il semble que votre aventure commence à faire bien du
bruit... et oui, vous nous l'aviez pas dit ça hein, petits cachottiers... mais moi suis pire que l'oeil de Moscou, et devinez quoi, aujourd'hui mon ptit doigt m'a avertie par mail (en fait ce ptit
doigt c'est Stef qui est abonnée au magazine Carnets d'Aventure, pour tout vous dire exactement) que dans la rubrique "Votre Courrier" de ce fameux magazine il y avait un message de Elise Payen et
Adrien Pontonnier... Mmmh le téléphone arabe fonctionne ma foi toujours bien de nos jours, puisque du Nord Isère une copine me dit par mail qu'elle vous a trouvés dans un magazine qui a atterri,
lui aussi, dans sa boîte aux lettres... bref elle me met l'article de côté, mais comme quoi notre petite Mamoune avait raison, la véritable magie c'est qu'à travers votre périple se met en place
une tite communauté et que, pour reprendre ses mots, "vous faites tourner tous les moulins de nos coeurs".
Vous aime si fort les loulous, continuez de vivre votre rêve et de nous le faire partager comme vous savez si bien le faire :) et une grande grande pensée pour vous puisque si mes calculs sont
bons, à l'heure où je vous écris devant cet ordi vous devez être en route sur les chemins menant au Machu Pichu... ENJOY :)de tout coeur avec vous dans cette ascension