Machu Picchu, une cité au royaume des cieux

Publié le par Les Globe-Tortues

Et bien que dire ???

WAOOOW  !!!!

C'est tout ce qui me vient à l'esprit pour résumer ces 5 jours au royaume des nuages et des rêves...

Essayons tout de même d'être un peu plus explicite, car j'en connais certains qui doivent trépigner d'impatience pour avoir les détails de cette fantastique aventure ! Ou devrais-je dire de ces fantastiques aventures !

 

Une première journée sans trop d'histoire, départ à 5 heures du matin, et ascension plutot facile... De 3300 mètres d'altitude, nous passons à 3900 où nous attend notre premier campement, au pied du mystérieux Salcantay, 6263m d'altitude, et l'un des Apus les plus puissants selon les croyances Incas. Je dis mystérieux car jamais il ne se découvre à nous dans sa totalité, mais il fait de brêves apparitions quand le voile de nuages se déchire... Fascinante cîme enneigée, dont, aux dires de notre guide, le sommet n'a jamais été atteint.

Nous sommes en forme ! Nous trottons sans grande difficulté, à peine essoufflés, même dans le col du lendemain qui nous amène au plus près des cieux : 4650 mètres d'altitude, que nous atteignons bien avant le reste du groupe...La tentation est grande de nous élancer dans la pente qui nous surplombe et de nous élever plus haut, encore plus haut, mais le son que font les séracs et les blocs de pierre en se détachant nous en dissuadent. Nous restons bien sagement sur le chemin... La crête fleurit de petits cairns d'offrande au puissant Apu qui rêgne sur les lieux.

Au lieu de rendez-vous fixé par le guidepour le repas de midi, point de porteurs, ni de chevaux...Point de nourriture, donc, ni de tente, ni sac de couchage... Notre guide (très jeune, 20 ans, et bien peu expérimenté) repart donc en courant et revient trois heures plus tard suivi des précieux chevaux. Les porteurs se sont ennivrés au cours de la nuit, et ont donc beaucoup peiné à franchir le col... Professionnalisme péruvien... Comme il est trop tard pour repartir, nous campons sur place, à 4000m d'altitude. Fraîche nuit !

 

100 5270

Ainsi, le lendemain, troisième jour, il nous faut ajouter aux six heures prévues les tois heures perdues de la veille... Quelle journée !!! Nous sommes en pleine saisons des pluies, il nous faut escalader les éboulements et les arbres qui barrent les routes, traverser les rivières en furie sur des ponts qui ne tiennent que par la volonté de Dieu, ou des Apus, ou de notre Ange qui, décidément, veille sur nous ! Bon, d'accord, j'exagère un peu, je me laisse emporter par le lyrisme, mais c'était vraiment impressionnant. On se sent bien peu rassurés à la vue des glissements de terrain qui laissent de larges cicatrices de boue sur les flancs des montagnes. Alors que nous cheminons dans la jungle, soudain, devant nos pieds, un gouffre ! La montagne s'est effondrée, emportant le sentier sur plus de dix mètres de large. Impossible de passer, il nous faut faire demi-tour, retraverser les ponts et passer par l'autre versant de la vallée, où les éboulements sont tout aussi nombreux... Il nous faudra 11 heures pour rejoindre notre campement... Au fur et à mesure de notre descente, la végétation change. Nous voilà à 1900m d'altitude, au milieu des caféiers, bananiers, grenadiers et avocatiers... Surprenant, et enchanteur ! Après les pierriers et les hauts sommets andins, nous cheminons dans la jungle !

Le quatrième jour, nous nous asseyons dans un panier à salade suspendu à un câble pour traverser le Wilcamayu, la rivière sacrée des Incas. Jamais nous n'avions vu une telle quantité d'eau dévaler avec tant de force ! Toute la journée nous suivons cette rivière, cheminant dans une jungle entourée de sommets à pic. L'un d'eux, le plus beau, est le Huaynu Picchu, sommet protecteur du Machu Picchu... On a beau être en forme, on arrive quand même bien fatigués à la fin de notre périple. A Aguas Calientes, nous nous plongeons avec délice dans les sources chaudes. En 4 jours, nous avons parcouru 102 km, sommes montés à 4650m et redescendus à 1900m... Belle randonnée !

 

Et cerise sur le gâteau, récompense de tant d'efforts, le Machu Picchu ! Un curieux marathon s'y passe tous les matins : seules les 200 premières personnes arrivées à la porte, qui ouvre à 6 heures du matin, auront le droit d'escalader le fameux Huayna Picchu, sommet visible sur toutes les cartes postales au-dessus de cette cité magique, et d'où la vue est imprenable ! Bien sûr, nous voulons en être ! Il y a ceux qui montent en bus, et ceux qui se lancent à l'assaut des escaliers pour monter les 500 m de dénivelés. Partis à pieds, nous atteignons les portes les tous premiers ! Nous avons rapidement semés la ribambelle de lampes frontales qui serpentaient dans la jungle, et avons battu les records d'ascension ! Je vous l'ai dit, nous sommes en forme ! Cette petite course matinale valait le coup, nous entrons les premiers sur le site, qui n'est, à cette heure-là, peuplée que de lamas.

Le Machu Picchu mérite vraiment le titre de merveille du monde ! Perchée au sommet de falaises à pic, au mileu de montagnes majestueuses, cette cité est une très belle preuve du génie architectural Inca. Assis au sommet du Huayna Picchu, après une ascension vraiment vertigineuse, nous restons à contempler ce paysage époustoufflant des heures durant. Les nuages ne nous laissent d'abord entrevoir que des parties de la cité, comme si cette dernière aimait à se faire désirer. Puis, enfin, elle nous apparait dans sa totalité, ses temples et ses maisons de pierres, ses innombrables terrasses vert tendre... Magique !

 

100 5370

 

Voici le récit de nos aventures... Nous ne publions pas les photos maintenant, la connexion ne nous le permet pas... Dès que possible nous vous ferons partager un image ces moments merveilleux.

 

 

Publié dans De Uyuni a Lima

Commenter cet article

Cassou 09/03/2011 09:22


Impressionnante cette ascension... Yep quand on voit certaines photos, c'est le mot qui convient (bon, pourrais aussi dire ça fait pas rire les patates à la cave^^) Euh sans vouloir jouer les
rabat-joie, faites pas trop les fous quand même hein, des fois les rivières et la boue c'est un peu traître, si vous voyez ce que je veux dire... Encore une fois émerveillée par vos photos et
heureuse du rêve éveillé que vous vivez :)
Mais pour être tout à fait honnête, petite pointe de nostalgie aussi, commencez à me manquer beaucoup beaucoup et même si faut pas le dire, y a quand même certains jours où ça devient un peu dur
dur de vous savoir si loin... (yep, miss u sista', je rentre sur annecy début avril,on se retrouve un peu sur skype???)
Plein des bisous à vous deux :)


Sébastien 04/03/2011 14:03


Bien le bonjour!
Cassandre m'a parlé de vous (j'espère qu'elle vous a parlé de moi aussi:) et c'est avec beaucoup de plaisir que depuis, je suis le récit de vos aventures.
Magnifique, grandiose, romanesque...vous me vendez du rêve à chaque lecture !
Bonne route et soyez forts !! Seb.


Les globe-tortues 03/03/2011 18:12


Avis à vous tous, nous avons enfin pu publier les photos du trek du Salkantay, du Machu Picchu et de la suite... A consommer sans modération ! Bisous a tous !


Rémy 02/03/2011 22:09


Dites, vous allez nous en laisser un peu à nous aussi de ce gâteau que vous dévorez à belles dents ? C'est dur de se résoudre au quotidien de nos vies laborieuses quand on vous lit. Hâtez-vous
lentement, savourez chaque instant et prenez bien soin de vous et continuez à nous émerveiller. rémy


stef 02/03/2011 15:32


je viens de passer quasi 2h sur votre blog, a lire tous les articles et a regarder toutes les photos...ca fait rever...moi qui pensais deja partir quelques mois en amerique du sud, grace a vous je
suis plus que convaincu maintenant !! bravo a vous pour les articles, c'est super bien ecrit, et bravo aussi pour les photos, elles sont vraiment belles! continuez comme ca, et profitez bien pour
ceux qui sont en france!! ;) bises stephanie